Solution énergétique

Ventilation mécanique contrôlée (VMC) : ce qu’il faut savoir

La qualité de l’air et la ventilation de votre maison vous préoccupent-elles ? Vous voulez savoir ce qu’est un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) et comment il fonctionne ? Vous vous demandez quelle est la meilleure solution pour ventiler votre intérieur ? Voyons comment fonctionne une VMC, l’importance d’une bonne ventilation dans les habitations et faisons le point sur les différents systèmes.

À quoi sert une VMC ?

Une VMC est conçue pour faire entrer de l’air frais dans votre maison, tout en évacuant l’air vicié et pollué vers l’extérieur. Ce processus permet de réguler les niveaux d’humidité à l’intérieur, de maintenir des températures constantes et d’empêcher les allergènes de pénétrer dans la maison.

Pour cela, il est conseillé d’assurer la ventilation d’une habitation en raison des risques pour la santé et l’état de l’habitation causés par l’air stagnant et l’humidité excessive. C’est la raison pour laquelle les autorités ont commencé à réglementer la nécessité de renouveler l’air dans les logements dès 1955.

Avoir une ventilation dans un logement pour garantir le bien-être et la santé des occupants n’est pas une mesure facultative, mais une obligation. En effet, la réglementation exige une ventilation générale et constante des locaux d’habitation depuis l’arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements.

Comment fonctionne une VMC ?

Un système de VMC fonctionne à l’aide d’un ventilateur qui aspire l’air dans les pièces de la maison, lequel est ensuite filtré et poussé dans des conduits. Ce processus permet d’éviter l’entrée de polluants tout en apportant de l’air frais à votre espace de vie. Les composants communs d’un système de VMC comprennent les entrées d’air frais, des ventilateurs, des filtres et des bouches d’extraction.

Pourquoi la ventilation est importante ?

La ventilation est essentielle pour un certain nombre de raisons :

  • Protéger contre l’humidité : l’excès d’humidité peut favoriser le développement de moisissures, d’allergènes ou de bactéries, ce qui peut entraîner des problèmes de santé et dégrader votre logement.
  • Améliorer la qualité de l’air : une mauvaise circulation de l’air peut entraîner une accumulation de polluants, tels que la fumée et les particules de poussière, qui peuvent causer des problèmes respiratoires comme l’asthme.
  • Réduire la consommation d’énergie : une mauvaise circulation de l’air fait que l’air chaud reste près du plafond, ce qui donne de l’air plus froid en dessous. Cette différence nécessite plus d’énergie pour chauffer ou refroidir la maison.
  • Participer à l’amélioration de l’isolation : si une maison est bien isolée, cela peut la rendre étanche, empêchant ainsi l’humidité de s’échapper vers l’extérieur. Pour éviter cela, l’utilisation d’une VMC est recommandée, car elle permet de renouveler l’air ambiant de la maison et d’éviter l’accumulation d’humidité et éviter la sensation de froid dans l’habitat.

Avantages à utiliser des systèmes de VMC

Les avantages de l’utilisation d’un système de VMC sont nombreux : régulation des niveaux d’humidité, diminution de la consommation d’énergie grâce à l’utilisation efficace des sources d’énergie et à l’augmentation du taux de renouvellement de l’air, amélioration de la qualité de l’air en réduisant la présence d’allergènes, de poussières, de fumées et d’autres polluants en suspension dans l’air que vous respirez. À noter qu’un système de VMC peut réduire les coûts de chauffage et de climatisation jusqu’à 30 %.

Inconvénients à utiliser des systèmes de VMC

Le principal inconvénient est le prix. Bien que les systèmes de VMC soient plus efficaces que la ventilation naturelle, ils peuvent être coûteux à installer et à entretenir. De plus, si le système n’est pas correctement entretenu, le taux d’humidité risque d’augmenter dans la maison. Enfin, certaines personnes peuvent trouver que leur logement possède trop de courants d’air après la pose d’une ventilation mécanique contrôlée.

Les différents types de VMC

Il existe plusieurs types de systèmes de VMC, des plus simples aux plus complexes. Les modèles de base utilisent un ventilateur pour aspirer l’air extérieur par une prise d’air. L’air est ensuite filtré et rejeté par un conduit d’évacuation.

Les systèmes plus sophistiqués sont dotés de capteurs qui détectent les changements dans la qualité de l’air intérieur (QAI), ce qui leur permet d’ajuster le débit d’air et la température en conséquence.

Enfin, les systèmes haut de gamme peuvent inclure des récupérateurs de chaleur ou des déshumidificateurs pour encore mieux contrôler la qualité de l’air intérieur.

VMC simple flux

Les systèmes à simple flux sont le type de VMC le plus courant et utilisent un seul ventilateur pour aspirer l’air dans une pièce. L’air est puis filtré et expulsé par un conduit d’évacuation. Ce sont les options les plus abordables, mais ces systèmes ne sont pas aussi efficaces pour contrôler l’air qualité dans une pièce que d’autres plus élaborés.

VMC simple flux autoréglable

Ce type de VMC utilise plusieurs ventilateurs pour aspirer l’air dans la maison. Elle est équipée de capteurs qui détectent les variations de la qualité de l’air intérieur et ajustent la vitesse des ventilateurs en conséquence. Ce système est plus efficace pour contrôler la qualité de l’air, mais il est également plus coûteux.

VMC simple flux hygroréglable

Ce type de VMC est similaire au système simple flux autoréglable, mais il comporte en plus des capteurs qui détectent les variations d’humidité. Cela permet au système d’ajuster non seulement la vitesse du ventilateur, mais aussi le taux d’humidité à l’intérieur de la maison. Elle est plus chère que les autres types de VMC, mais c’est la plus efficace pour contrôler la qualité de l’air intérieur.

VMC double flux

Les systèmes double flux utilisent deux ventilateurs pour aspirer l’air dans la pièce. L’air est ensuite filtré et évacué par deux conduits d’évacuation distincts. Les systèmes à double flux sont plus efficaces, mais aussi plus coûteux que les systèmes à simple flux. Ils sont généralement utilisés dans les grandes pièces ou les habitations où un contrôle précis de la qualité de l’air est souhaité.

VMC double flux hygroréglable

Ce type de VMC est similaire au système à double flux, mais il comprend en supplément des capteurs qui détectent les variations d’humidité. Cela permet au système d’ajuster à la fois la vitesse du ventilateur et le taux d’humidité à l’intérieur du logement. Elle est plus chère que les autres types de VMC, mais c’est la plus efficace pour contrôler l’humidité dans une maison.

VMC double flux thermodynamique

Elle combine une pompe à chaleur aérothermique air-air avec une VMC double flux pour assurer un haut rendement. Contrairement à une VMC simple flux qui n’a qu’un seul circuit d’extraction sans récupérateur pour les échanges de chaleur, ce système offre plus de possibilités. Elle permet de réaliser des économies d’énergie plus importantes sur le chauffage et le renouvellement d’air.

VMC gaz

Ce système sert à évacuer à la fois les gaz produits par les appareils à gaz et l’air vicié des logements, tout en introduisant l’air neuf nécessaire pour les occupants et une bonne combustion des appareils fonctionnant au gaz. Sa conception est similaire à celle d’un système à simple flux, avec l’ajout d’une fonctionnalité supplémentaire qui est d’éliminer les résidus de combustion.

Dans les logements collectifs, une VMC gaz est installée pour extraire les gaz produits par les équipements fonctionnant au gaz. Ce système est relié aux bouches d’extractions et permet d’évacuer les gaz par un conduit collectif jusqu’à l’extracteur situé sur le toit du bâtiment. L’objectif est d’éviter les risques d’intoxication au monoxyde de carbone.

VMC avec récupérateur de chaleur

La ventilation à récupération de chaleur (VRC) utilise une série de ventilateurs pour aspirer l’air dans la maison et le filtrer. L’air est ensuite envoyé dans un échangeur de chaleur, qui transfère la chaleur de l’air sortant à l’air entrant. Ce type de système est encore plus coûteux, mais il est plus efficace sur le plan énergétique et peut considérablement réduire les coûts de chauffage.

Combien coûte une VMC ?

Le coût d’un système de VMC dépend du type et de la complexité du système choisi. En général, les modèles de base à simple flux sont moins chers que les systèmes plus complexes avec capteurs et récupération de chaleur. Le montant peut également varier en fonction de la taille de la maison et d’autres facteurs. Le tarif peut ainsi varier d’une centaine à plusieurs milliers d’euros.

Quelles sont les aides financières pour l’installation d’une VMC ?

Vous pouvez bénéficier d’aides financières pour l’installation d’un système de VMC à condition que l’installation soit réalisée par un artisan RGE (reconnu garant de l’environnement) :

  • MaPrimeRénov’.
  • TVA à taux réduit.
  • CEE.
  • Éco-PTZ.

Conseils avant d’installer une VMC

Globalement, l’utilisation d’un système de VMC peut être un excellent moyen d’améliorer la qualité de l’air et le niveau de confort dans votre maison, mais il est important de garder à l’esprit qu’un entretien adéquat est nécessaire pour que le système reste efficace. N’oubliez pas de consulter un professionnel avant d’installer un système de VMC, car il sera en mesure de vous fournir les informations suivantes :

  • Le type de système qui est nécessaire pour votre maison.
  • Le dimensionnement correct des composants.
  • L’entretien du système.
  • Les coûts et les économies d’énergie associés au système.

La ventilation contribue à maintenir l’air frais et exempt de polluants, ainsi qu’à réduire les niveaux d’humidité et à améliorer le confort. Il existe de nombreux types de ventilation mécanique contrôlée, chacun offrant des avantages spécifiques en fonction des circonstances. En fin de compte, il est important de choisir le système qui répond le mieux à vos besoins individuels, ainsi vous pouvez être sûr que votre famille respire de l’air pur tous les jours.



Laisser un commentaire