Blog : Diagnostics, Expertises, Études, Travaux Devenir prestataire
Diagnostics, expertises, études, travaux | Blog ExaCompare.fr
Actualités, informations et conseils pour l'immobilier,
les économies d'énergie et le développement durable

RBR 2020 : la future réglementation thermique


maison-passiveLa RT 2012 actuellement en vigueur sera remplacée dans quelques années par la RBR 2020 (réglementation bâtiment responsable) qui prévoit notamment une évolution de la réglementation thermique actuelle vers le BEPOS (bâtiment à énergie positive).

Depuis 2012, un groupe de travail a commencé à tracer les grandes lignes de ce que devra contenir la future RBR 2020. Cette nouvelle réglementation thermique, qui sera mise en place à partir de 2020, semble s’orienter vers des constructions durables de type BEPOS, c’est à dire produisant plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

À l’heure actuelle, la RT 2012 ne prévoit qu’une conformité au label BBC (bâtiment basse consommation). La RBR 2020 ira donc plus loin en matière de performance énergétique mais ce n’est pas tout, car elle devrait également tenir compte d’autres éléments comme la qualité de l’air intérieur, du poids carbone par mètre carré, critères qui sont absents de la RT 2012.

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) est basé sur des critères plus exigeant qu’un bâtiment à énergie passive (BEPAS) qui ne prévoit qu’un équilibre entre l’énergie primaire consommée et celle produite par des énergies renouvelables. L’équivalent du BEPAS existe dans d’autres pays et notamment chez nos voisins allemands où il est connu sous le terme de “passivhaus”.

Le BEPOS s’appuie sur la réglementation thermique actuelle en y ajoutant des facteurs de récupération d’énergie. Par rapport à la RT 2012, le BEPOS doit répondre à des critères d’isolation thermique renforcés, mais nécessite aussi une utilisation plus importante des productions d’énergies renouvelables comme la captation de l’énergie solaire, la récupération des eaux pluviales, l’utilisation de la géothermie, etc.

Le concept du BEPOS est développé en France par Effinergie, c’est un label pilote qui s’appuie sur les exigences de la RT 2012 et du label effinergie+ avec comme pré-requis la prise en compte de l’évaluation en énergie grise des bâtiments. Pour rappel, l’énergie grise est la quantité d’énergie consommée par un produit pendant son cycle de vie : conception, extraction des matières premières, transport, fabrication, commercialisation, entretien et recyclage.

Crédits photo : Passivhaus Institut / CC-BY-SA

Catégorie : Performance énergétique


4 réponses à RBR 2020 : la future réglementation thermique

  1. capteur solaire photovoltaïque | 14/02/2014 à 08:29

    C’est bien beau de faire des maisons à moindre consommation, sans ondes électromagnétiques…
    Mais pense-t-on aussi aux personnes qui veulent faire construire une maison, surtout les primo-accédants ? Qui leur donne l’argent à dépenser en plus pour faire tout cela ? Déjà avec la RT2012, le coût des maisons a pris 10 à 15% (et je pense être léger). Avec cette nouvelle réglementation, combien vont-elles prendre ?
    Comme quelqu’un l’a dit plus haut, faites-en des recommandations et non pas des obligations. Les personnes qui ont l’argent le feront et les nouveaux accédants feront du mieux qu’ils peuvent.
    Ou alors tout simplement, demandez aux constructeurs de maison, ou aux fournisseurs, de ne pas répercuter cette augmentation, voire même à l’État de baisser toutes ces taxes qui pèsent.

  2. Quentin | 15/02/2014 à 21:26

    Pour ma part, étant habitant d’une maison passive, je pense que le surcoût à l’achat n’est pas un obstacle dès lors qu’on sait parfaitement que ce surcoût sera remboursé largement par les économies d’énergie (surtout dans un contexte de tension sur les prix de l’énergie).
    Le seul obstacle aujourd’hui pour gérer ce surcoût, c’est les banques. En effet, elles ne tiennent pas compte du facteur économies d’énergie pour calculer le taux d’endettement maximum dans leurs offres de prêts.
    Enfin, il est vrai que l’État peut facilement faire quelque chose ! Ça s’appelle réorienter la fiscalité. Aujourd’hui, le travail est surtaxé et la pollution pas du tout. Si les charges et les impôts baissent sur le travail, alors les coûts de main d’œuvre sur la construction baisseront. Si, en contrepartie, les taxes passent sur la pollution, les prix de l’énergie s’envoleront. Ainsi, il deviendra plus intéressant d’avoir une maison BEPAS ou BEPOS.

  3. clim 64 | 15/07/2014 à 14:48

    Jusqu’à aujourd’hui, on s’est penché sur la performance individuelle des bâtiments. Le groupe de réflexion sur la RBR 2020 tente de redéfinir le bâtiment à énergie zéro : sera-t-il un bâtiment à énergie positive ou fera-t-il partie d’un ensemble de bâtiments, à l’échelle d’un quartier ou même d’une ville, qui produira plus d’énergie qu’il n’en consomme ?

    Autre interrogation, celle de la consommation d’énergie renouvelable. Aujourd’hui, il est plus rentable de revendre l’énergie qu’on a produite soi-même grâce au photovoltaïque ou à l’éolien.

  4. Teeo | 29/04/2015 à 07:53

    Au-delà des normes imposées, une partie de l’efficience énergétique se trouve dans le management des consommations d’énergie. A ce niveau, de nombreux gains peuvent être effectués en seulement quelques mois.

Laisser un commentaire