Lutter contre la précarité énergétique

precarite-energetiqueEncore peu fréquente il y a quelques années, la précarité énergétique touche un pourcentage de la population de plus en plus important et les pouvoirs publics se penchent désormais sur ce phénomène qui inquiète. Le point sur cette nouvelle inégalité.

Les chiffres sont édifiants, environ 13% de la totalité des ménages en France seraient en situation de précarité énergétique. On considère que la précarité énergétique est effective lorsque plus de 10% du budget d’un foyer doit être consacré aux seules dépenses énergétiques, ce qui concernerait dans les faits plus de 3,5 millions de ménages.

Cette situation alarmante peut s’expliquer par 3 facteurs : le coût des énergies qui grimpe en flèche depuis quelques années, les revenus des ménages qui stagnent, ce phénomène étant aggravé par la crise actuelle de l’emploi, et enfin bien sûr la qualité des logements est aussi remise en cause car une grande partie du parc immobilier français est ancien, par conséquent mal isolé et la performance énergétique des logements n’est pas optimale.

Il faut savoir que la part consacrée aux dépenses énergétiques des foyers les plus modestes est passée de 10 à 15% entre 2001 et 2006. A titre de comparaison, cette même année (2006) les ménages les plus aisés consacraient 2% de leurs revenus pour payer leurs factures d’électricité et 4% pour leur consommation d’énergies fossiles alors que les foyers les plus pauvres y consacraient respectivement 6 et 9%.

Une autre illustration de cette inégalité énergétique concerne la facture des habitants de la région parisienne qui est inférieure de plus de 40 % à celle des personnes résidant en zone rurale. Cela s’explique en partie par le fait que les personnes des zones urbaines ont davantage accès à des logements collectifs et ont des salaires en moyenne plus élevés.

En conséquence, le groupe de précarité énergétique mis en place par le gouvernement dans le cadre du Plan Bâtiment Grenelle a remis un rapport où il pointe les conséquences de ces inégalités : de plus en plus de factures impayées, un endettement des ménages qui s’accroît, on ne compte plus ceux qui ne chauffent même plus leur logement, des maladies respiratoires en augmentation et un taux de mortalité accru en période hivernale, sans compter que les services sociaux sont débordés et voient leur propres factures s’alourdir afin d’aider les personnes en situation de précarité.

Nous le voyons donc, la précarité énergétique comporte bien des aspects qui ont des incidences à la fois économiques, sociales et sanitaires sur la population, si on y ajoute le fait que l’énergie coûte cher surtout quand elle est mal utilisée et mal contrôlée, on comprend mieux les enjeux qu’aura sans doute ce nouveau type d’inégalités et auxquelles il faudra répondre dans les années à venir.

Le gouvernement a déjà pris semble-t-il la mesure du problème en créant l’observatoire de la précarité énergétique au 1er janvier 2012, des sessions de formation du personnel des secteurs sociaux seront progressivement mises en place avec le concours de l’ADEME pour mener des expérimentations et permettre de trouver des solutions.

Catégorie : Performance énergétique


Une réponse à Lutter contre la précarité énergétique

  1. chauffage électrique | 05/06/2012 à 17:54

    Merci pour cet article sur la précarité énergétique subie par un grand nombre de Français. Si des logements mal isolés subsistent avec des chauffages électriques énergivores, ce n’est malheureusement pas un choix. Tout le monde aimerait vivre dans une construction neuve très bien isolée et économe en énergie, d’ailleurs pour l’automobile la symétrie est évidente…

Laisser un commentaire