Blog : Diagnostics, Expertises, Études, Travaux Devenir prestataire
Diagnostics, expertises, études, travaux | Blog ExaCompare.fr
Actualités, informations et conseils pour l'immobilier,
les économies d'énergie et le développement durable

Mon locataire refuse les visites, quels sont mes droits ?


Les relations entre propriétaires et locataires ne sont pas toujours simples, surtout lorsque la question des visites en vue de la relocation ou de la vente surgit. En effet, les litiges peuvent apparaître durant cette période soit parce que le propriétaire fait pression pour des visites trop nombreuses soit parce que le locataire refuse de se plier aux visites. Dans le second cas, qu’est-ce que le propriétaire peut faire pour faire valoir ses droits ?

Ce que dit la loi

Comme le stipule la loi du 6 juillet 1989, le propriétaire ne peut “obliger le locataire, en vue de la vente ou de la location du local loué, à laisser visiter celui-ci les jours fériés ou plus de deux heures les jours ouvrables”.

La première chose que vous, en tant que propriétaire, devez alors faire c’est de respecter ce droit qui revient au locataire. Il faut éviter d’exiger plus que vos droits vous permettent de faire et donc de vous en tenir aux deux heures de visite par jour pendant les jours ouvrables et l’impossibilité de faire faire des visites durant les jours fériés.

De manière légale, le propriétaire d’un bien immobilier mis en location ne peut entrer chez son locataire comme il le souhaite durant la période de location. Il ne peut même pas demander une visite annuelle pour faire l’état des lieux du logement. Les visites ne sont permises que durant la période de préavis. Là encore, même si les visites peuvent se faire en l’absence du locataire, le propriétaire ne peut l’obliger à lui donner un jeu de clés.

Pour que tout se passe pour le mieux, il est donc conseillé de s’entretenir avec le locataire pour établir un planning de visite : date, fréquence et horaires.

Si le locataire persiste à refuser

Si le locataire ne veut rien savoir et s’entête à vous fermer sa porte, vous pouvez lui envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception pour lui rappeler ses obligations légales concernant les visites en vue de la relocation ou de la vente. Assurez-vous toutefois que ces termes soient précisés dans le contrat de bail.

Si même après avoir reçu la lettre, il se terre dans le mutisme, vous pouvez saisir le tribunal d’instance pour réclamer des dommages et intérêts pour le préjudice subi. En effet, si vous ne pouvez faire visiter le logement que lorsque le locataire rend les clés, il est alors certain que vous resterez sans loyers à percevoir pendant quelques temps.

Catégorie : Immobilier


Laisser un commentaire