Énergie éolienne : la France en retard

champ-eolien

La France enregistre pour la troisième année consécutive un net recul par rapport à la Pologne, la Roumanie et surtout l’Allemagne dans la mise en place de l’éolien. Ce secteur rencontre des difficultés à se développer dans le pays, contrairement à la méthanisation et à l’hydrolien.

La place de l’Hexagone dans ce secteur

Durant l’année 2012, la mise en place de l’énergie éolienne a encore enregistré une régression en France, contrairement à la Pologne et à la Roumanie qui semblent accroître leur développement. Dans le classement des puissances éoliennes en Europe, l’Hexagone n’occupe que la cinquième place.

Au niveau de la distribution d’énergie aux habitants via cette technologie, la France se place au quinzième rang, soit loin derrière les grands puissances européennes. En effet, les installations de systèmes éoliens en France ne peuvent procurer que 115 kW pour 1 000 habitants. Cependant, et malgré cette faible production d’énergie, l’Observatoire des énergies renouvelables affirme que le pays possède un potentiel énorme.

Il faut savoir que la taille des parcs ne reflète pas toujours une puissance en rapport, notamment si on la met en relation avec le nombre d’habitants pouvant en bénéficier. Le Danemark occupe par exemple la septième place pour la taille de son parc éolien, mais il est le premier pays en Europe au niveau de la puissance disponible par habitant.

Statistiques et situation d’avenir

Le développement plus important et rapide des autres pays dans la mise en place du dispositif éolien est évident. À titre de comparaison, la progression du parc d’outre-Rhin reste l’une des plus importantes d’Europe, il produit environ 2 500 MW, ce qui correspond à une moyenne de 850 mâts pour une puissance unitaire de 2,4 MW.

Les études menées par le gestionnaire du réseau RTE ont d’ailleurs permis de dégager que la puissance éolienne supplémentaire raccordée en France a subi un recul notable durant l’année 2012, et cela pour la troisième année consécutive.

D’après certains responsables étatiques, si l’Hexagone continue dans ce sens pendant les années à venir, même les deux appels d’offres lancés par le gouvernement ne pourront pallier au manque de 8 000 MW que la France a cumulé depuis des années. Et ce, malgré le fait que ces projets puissent produire plus de 3 000 MW.

Toutefois, des projets de création de parcs ont été mis en œuvre sur le territoire français visant une production de plus de 19 000 MW. En 2020, le gouvernement français prévoit de porter la part des EnR à 23 % dans le système énergétique global. Cet objectif relève de l’utopie pour certains experts, compte tenu de la situation du pays dans ce secteur.

Catégorie : Énergie renouvelable


Laisser un commentaire