Le résultat du DPE impacte-t-il le prix d’un bien immobilier ?

DPE : étiquettes "énergie" et "climat"

Le diagnostic de performance énergétique ou DPE figure parmi les diagnostics immobiliers obligatoires que l’on doit réaliser avant de louer ou vendre un bien immobilier. Il doit d’ailleurs paraître dans les petites annonces de location ou de vente. En quoi consiste-t-il et quel impact a-t-il sur le prix de vente d’un bien ?

Qu’est-ce que le DPE ?

Également appelé “valeur verte”, le DPE vise à informer les futurs locataires ou acheteurs de la performance énergétique du bien concerné. En d’autres termes, il va leur permettre d’estimer le montant de la facture d’énergie qu’ils auront à payer plus tard ou, inversement, le montant des économies d’énergie qu’ils pourront faire.

Le DPE date de 2006, mais depuis 2011, il est obligatoire de le mentionner sur les petites annonces de vente/location.

Comment lire le DPE ?

Le DPE classe les biens immobiliers avec des lettres allant de A à G. A indiquant une performance énergétique accrue tandis que G se réfère à un bien très énergivore. De plus, on retrouve deux étiquettes différentes qui affichent un classement en lettre différent pour un même bien.

Rassurez-vous, cela n’est pas une erreur puisqu’on retrouve effectivement deux catégories à distinguer. D’un côté, on a l’étiquette “énergie” qui se réfère au volume d’énergie consommé par le bien immobilier. De l’autre côté, on a l’étiquette “climat” qui indique la quantité d’émissions de gaz à effet de serre générée par le bien.

Chacune de ces deux catégories note le bien différemment mais elles sont toutes deux à considérer pour savoir combien à la fois combien vous allez payer plus tard en matière de consommation énergétique mais également quel impact a ce logement sur le réchauffement climatique de la planète.

Le DPE influe-t-il sur le prix d’un bien immobilier ?

La réponse est oui et pour cause : plus le bien immobilier est énergivore, plus il coûtera cher aux ménages qui vont l’occuper. De fait, son prix de vente aura tendance à baisser un peu. Par contre, moins le bien sera énergivore, moins chères seront les factures d’énergie que les occupants auront à payer. Résultat : le bien est valorisé donc coûtera plus cher.

Il faut également retenir que pour améliorer la performance énergétique du bâtiment, l’ancien propriétaire a généralement dû investir dans des travaux onéreux, donc il est logique qu’il veuille ajouter cet investissement au prix de base du bien immobilier.

En général, un logement classé A ou B peut se vendre jusqu’à 20% plus cher qu’un logement D ou F. Face aux différences de prix conséquentes que peut engendrer le DPE, certains propriétaires préfèrent réaliser des travaux d’économies d’énergie avant de mettre le bien en location ou en vente. Sachez qu’une rénovation énergétique permet d’augmenter le prix de 5 à 10% du bien. Donc, même si l’investissement de départ est élevé, il sera rapidement amorti sur le prix du loyer ou de la vente.

De plus, il faut souligner que les travaux de rénovation énergétique permettent d’obtenir diverses aides de l’État et des collectivités locales.

L’influence du DPE varie-t-elle en fonction des régions ?

Une fois encore, la réponse est oui tout simplement parce que le prix de l’immobilier varie d’une région à une autre. La décote et la surcote sont également très changeantes à cause de l’emplacement géographique du bien immobilier d’une part et d’une autre part à cause de la classification DPE de l’appartement ou de la maison. Dans certaines zones de France, la surcote peut ainsi atteindre les 19% pour les biens classés A/B tandis que la décote peut chuter jusqu’à -16% pour les biens notés F/G.

Il est alors indéniable que le bon résultat d’un DPE apporte une plus-value à un bien immobilier, d’où la nécessité de l’améliorer en fonction des normes en vigueur.

Catégorie : Diagnostic immobilier


Laisser un commentaire